L'ostéopathie animale enseignée à Biopraxia

P1010843

L'apprentissage d'une méthode appliquée et adaptée à l’ostéopathie animale

L'Biopraxia enseigne une ostéopathie animale qui applique le raisonnement cartésien et rationnel. Elle est holistique et s'appuie sur la systémique pour parfaire sa compréhension de la complexité du vivant. 

Elle ne doit pas être assimilée à une pratique n'utilisant que des techniques "mécaniques" structurelles, elle s'enrichit au contraire de toutes techniques fonctionnelles et structurelles permettant d'appliquer les traitements ostéopathiques efficaces.

Sur le plan fondamental, Biopraxia s'inspire largement de l'étiopathie* (ostéopathie occidentale) dont elle est issue. Comme elle, l'ostéopathie animale lui parait être une recherche fondamentale visant à établir une relation de causalité entre les phénomènes présentés par les systèmes animaliers et leurs structures, ceux-ci étant considérés comme des systèmes de systèmes en interaction avec leur milieu extérieur.

Sur le plan des applications, l'ostéopathie animale de Biopraxia est une méthode visant à rétablir la stabilité relative des systèmes animaliers en agissant, soit sur leurs déséquilibres structuraux acquis, soit sur leurs variables d'entrée inadaptées au maintien de leur stabilité.

L’ostéopathie animale est une médecine manuelle qui repose sur des fondements scientifiques par son approche mécaniste, héritière des travaux de John Little John et vitaliste par la pensée de son créateur, Andrew Taylor Still.

La méthode mécaniste invite à constater que tout système du vivant, fruit de millions d'années d'évolution, doit optimiser son fonctionnement. Si cet équilibre est perturbé, si un dysfonctionnement apparaît, l'ostéopathe animalier cherchera à en identifier la cause et à la réduire par des techniques sépcifiques ou à orienter le patient vers le traitement approprié. 

IMG 5431

La réputation et le succès des diplômés de Biopraxia est dû:

  • À leur méthode de raisonnement qui s'appuie sur un découpage systémique et cybernétique des phénomènes observés. Ainsi une dysfonction, un mal quelconque, est à distinguer de la cause qui l'a engendré et le maintien dans le temps. Les effets qui découlent de la cause, à savoir par exemple un phénomène inflammatoire ou une douleur, ne seront pas le siège de l'action de l'ostéopathe animalier. Celui-ci veillera à déterminer si un déséquilibre sus-jacent entretient ces phénomènes. Il éradiquera alors cette cause si elle est manuellement réversible.

  • À ses actions précises et rapides : L’ostéopathe animalier reprend les gestes ancestraux, enrichis de génération en génération et les revisite à la lumière des connaissances anatomiques et physiologiques modernes.

  • Au fait qu'elle ne s'attache pas qu'à des seules douleurs articulaires : L’ostéopathie animale s’applique à la mécanique du corps tout entier, à son bon fonctionnement et, de ce fait, à un très grand nombre d’affections dont il peut être victime.

Le praticien ostéopathe animalier, pour se former à cette discipline, aura consacré cinq années :

  • à l’étude détaillée des systèmes vivants quadrupèdes et des lois qui les régissent,

  • aux sciences et aux méthodes permettant d’identifier les causes des dysfonctionnements,

  • à l’apprentissage du geste pertinent et des différentes techniques manuelles qui lui permettront de résoudre les problèmes des animaux

L’ostéopathie animale et les autres pratiques

L’ostéopathie animale se différencie de toutes les autres disciplines par son approche globale.

Ainsi, Biopraxia développe dans son enseignement, la systémique qui étudie l'organisation et les interrelations entre les éléments d'un organisme vivant,et, entre celui-ci et son environnement. Elle tient compte des propriétés émergentes qui naissent de ces interactions ainsi que des objectifs visés par les différentes fonctions. Cet outil de raisonnement permet de prévoir, de modéliser et d'analyser le comportement des systèmes complexes...comme peut l'être un mammifère.

Aucune autre pratique de thérapie manuelle appliquée aux animaux n'utilise cet outil ! Il est pourtant employé par les mathématiciens, les économistes, les écobiologistes... C'est le seul moyen d'agir sur une organisation complexe et de pouvoir en prévoir les répercussions. Il en découle une façon tout-à-fait particulière d’analyser les causes des phénomènes pathologiques, et de conduire ses traitements de chirurgie non instrumentale appliquée aux animaux.

Etymologiquement le terme "chirurgie" désigne un travail manuel. Le terme est donc particulièrement approprié à notre pratique.

Pour analyser ces causes, outre les connaissances d’anatomo-physiologie, la méthode de Biopraxia s'appuie sur un modèle déterministe et mécaniste du vivant qui répond aux prévisions cybernétiques et systémiques. Cette approche est novatrice et très originale, elle concède à l’ostéopathie animale une rigueur exceptionnelle dans sa recherche de la causalité.

Le principe même de l’ostéopathie animale est d’établir la bonne analyse avant d’envisager un investissement du praticien quel qu’il soit. Ainsi, pour Biopraxia et ses praticiens, l’ostéopathie animale est d’abord une méthode éprouvée d’analyse de la cause des maux, avant d’être une technique.

L’ostéopathie animale se préoccupe de la précision et de l'adéquation de ses techniques, issues de la nuit des temps. Ce qui assure l’innocuité de leur emploi par des praticiens diplômés.

Pour nous, l’ostéopathie animale se veut être une méthode, plus qu'un arsenal de techniques. Sa particularité en regard d'autres "thérapies manuelles" s'observe donc davantage sur le mode et le lieu d'application que sur le geste proprement dit, lequel a 2000 ans et dont finalement personne ne peut s'attribuer la paternité. Même si Biopraxia a pu mettre au point un grand nombre de manœuvres originales et surtout une approche tridimensionnelle des mouvements articulaires qui détaille la technique en un geste si précis qu'il en permet l'application sur des chevaux, des chiens, chats ou des bovins.

P4070016

PRIMUM NON NOCERE !!

En aucun cas, les techniques utilisées par Biopraxia ne peuvent aboutir à des actes de mobilisation forcée des articulations, jugés à juste titre par le corps médical comme brutaux et dangereux pour les animaux.

Douceur, précision, non douleur, innocuité sont les règles du traitement de l’ostéopathie animale mécaniste. L’observance de ces règles distingue l’ostéopathie animale de certaines autres pratiques manipulatives.

L’ostéopathie animale n’est pas une approche vétérinaire. Si elle n'est pas médicale au sens allopathique, elle s'inscrit néanmoins dans une démarche d'équilibre des structures, elle évalue et reconstitue l’histoire phénoménologique à la lumière de leurs fonctionnalités. Son action est déterminée, dans le respect des lois du vivant, par son analyse et sa méthode. L’ostéopathie animale permet d'optimiser le potentiel d’adaptabilité des systèmes vivants.

L'ostéopathe animalier n'emploie ni pharmacopée ni instrumentation.

La rigueur de la démarche de l’ostéopathie animale amène l’ostéopathe animalier à être conscient de ce qui est de sa compétence et de ce qui ne l’est pas. Il sait par exemple que les pathologies inhérentes à une atteinte structurelle irréversible ou à une malformation ne le concernent en aucun cas. Il ne peut avoir aucune action directe sur la douleur, une atteinte infectieuse grave, ni diagnostiquer une maladie. Par contre, il saura orienter, lorsque nécessaire, vers un vétérinaire, un maréchal ferrant ou un dentiste équin voire un comportementaliste. Pour le reste, son domaine d’intervention est particulièrement large tout en n'affectant en aucune façon l'intégrité physique des animaux puisque que n'utilisant aucun outil.

* Du grec « aïtia », cause, et « pathos », souffrance, l’étiopathie s’attache à rechercher la véritable origine du mal par une méthode qui, au delà des symptômes, s’attaque directement aux causes pour les faire disparaître.